La Province du Bas-Congo, une des onze provinces de la R.D.C, a une superficie de 53.000 km². Province agricole, du port, du pétrole, du barrage, etc...
INVESTITURE DU GOUVERNEMENT PROVINCIAL DU BAS-CONGO
CE SAMEDI 13 AVRIL 2013 A L'ASSEMBLEE PROVINCIALE
bonjour !

DISCOURS DE POLITIQUE GENERALE DEVANT L’ASSEMBLEE PROVINCIALE EN VUE
DE L’INVESTITURE DES MINISTRES DU GOUVERNEMENT PROVINCIAL

Matadi, 13 Avril 2013 

  • Honorable Président de l’Assemblée Provinciale ;
  • Honorables Membres du Bureau de l’Assemblée Provinciale ;

 

  • Honorables Députés ;
  • Distingués invités.

C’est un honneur et une grande joie pour moi de venir devant vous, Honorables Députés Provinciaux, soumettre à votre sanction, conformément à l’article 198 de la Constitution de la République Démocratique du Congo,le programme du Gouvernement Provincial, pour l’investiture de nos Ministres.

Mais avant toute chose, permettez-moi de m’acquitter d’un devoir sacré, celui :

  • de rendre Grâce, Gloire et Louange à Dieu Tout Puissant, Créateur du ciel et de la terre, Maître Suprêmedes temps et des circonstances, Qui, dans Son amour inépuisable, comble tous ceux qui L’implorent au-delà de leurs mérites et de leurs désirs. Car, c’est lui qui a rendu possible la cérémonie de ce jour.

 

  • d’exprimer mes hommages les plus déférents au Président de la République, Chef de l’Etat, Joseph KABILA KABANGE qui a l’insigne mérite de travailler efficacement à l’aboutissement du processus de démocratisation et de décentralisation de notre pays.

de m’adresser enfin à vous tous, Honorables élus du Bas-Congo,Représentants légitimes de toute sa population, pour vous exprimer tous mes remerciements pour la confiance que vous avez bien voulu placer en ma modeste personne à l’occasion de notre élection en qualité de Gouverneur de la Province du Bas-Congo.

  1. Honorable Président,
  1. Distingués Membres du Bureau,

 

  1. Honorables Député,

 

Soyezrassurés que le Vice-GouverneurAtou MATUBUANA NKULUKIet moi-même ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour mériter cette confiance.

 

  1. Honorable Président,

 

  1. Distingués Membres du Bureau,
  1. Honorables Député,

 

Mon discours programme de ce jour comporte trois parties essentielles, à savoir :

  1. Bref aperçu et diagnostic de la province du Bas-Congo ;

 

  1. Programme d’actions du gouvernement provincial ;
  1. Présentation de l’équipe gouvernementale à investir.

 

  1. Honorable Président,
  1. Distingués Membres du Bureau,

 

  1. Honorables Député,
  1. De l’aperçu de la province du Bas-Congo  et du diagnostic qui en découle.

 

La Province du Bas-Congo figure parmi les 11 Provinces que compte la République Démocratique du Congo.

Elle couvre une superficie totale de 53.947 km² qui représente 2,3% de l’étendue du pays.

Le Bas-Congo est à vocation agro-pastorale avec, en plus, des potentialités énergétiques considérables le plaçant en bon ordre dans la vie économique de la République Démocratique du Congo.

En outre, le Bas-Congo dispose d’un capital forestier constitué de 522.350,67 hectares renfermant diverses essences forestières exploitables.

Et son sous-sol regorge d’importants gisements miniers.

Sur le Fleuve Congo (2ème au monde par son débit, soit 40.000 m3/s), le Bas-Congo possède un barrage hydroélectrique (INGA) compté parmi les grands du monde.

Ses industries locales comme les cimenteries, les sociétés pétrolières, les minoteries, la sucrière… sont aussi stratégiques.

Il existe au Bas-Congo tous les modes de transport.

  • Honorable Président,
  • Distingués Membres du Bureau,

 

  • Honorables Député,

Après cet état des lieux physique, force est de constater que la population habitant le Bas-Congo, province à vocation nationale ne jouit pas entièrement des ressources que regorge cette Province.

En effet, les différents indicateurs sur le diagnostic de la province du Bas-Congo tels qu’établis dans le plan quinquénnal de croissance et de l’emploi 2011-2015 font ressortir ce qui suit :

  • Sur le plan de la pauvreté dans la province du Bas-Congo :

 

  • Plus ou moins 70% de la population ont un revenu annuel estimé à 138,6 USD (soit 11,55 USD par mois et 0,39 USD par jour) ;
  • Le taux moyen d’analphabétisme est de 29,5% soit 17% pour les hommes et 42% pour les femmes ;

 

  • L’espérance de vie à la naissance est de 50 ans pour les hommes et 52 pour les femmes ;
  • Le pourcentage des ménages sans accès à l’eau potable est en moyenne de 68,5% dont 52% en milieu urbain et 85% en milieu rural ;

 

  • Sur le plan agricole et celui du développement rural :
    • 70% de la population de la province du Bas-Congo vivent en milieu rural et péri-urbain ;

 

    • Plus de 90% de paysans ont un revenu moyen par jour de moins d’un dollar américain ;
    • 15% de la population sont desservis en eau potable ;

 

    • 90% de ménages occupent des maisons avec toiture en végétaux (surtout dans les Territoires de Kimvula, de Muanda et de Luozi) ;
    • 90,3% de ménage occupent des maisons avec pavement en terre battue ;
    • Plus ou moins 2.000 km sur 13.474 km des routes de desserte agricole (soit14,84%) sont praticables ;

 

  • Sur le plan des infrastructures de transportroutier
    • Les infrastructures routières sont en général très dégradées et presqu’impraticables en toutes saisons ;

 

  • En effet sur 1.307 km des routes nationales : 
      • 623sont en bon état (soit48%)
      • 204 sont en état moyen (soit 15,6%)
      • 480 sont en mauvais état (soit 36,7%)
  • Sur les 423 km des routes provinciales :
      • 168 sont en bon état (soit40%)
      • 255 sont en mauvais état (soit 60%)

 

  • Sur les 13.474 km des routes de desserte agricole, moins de 2.000 km  ont été réhabilitées et sont dans un état moyen et le reste des routesest dans un état désastreux ;
  • Les quatre bacs existants (Kionzo-Kinganga-Luozi et Mpioka) sont dans un état de délabrement très avancé ;

 

  • Les ouvrages d’art (ponts, buses) sur la quasi-totalité des routes sont semi-définitifs si pas provisoires (c’est-à-dire en bois).
  • Sur le plan des infrastructures énergétiques (eau potable et électricité) 

 

  • de manière spécifique, le taux de desserte électrique provinciale est de 12% tandis que celui de l’eau potable est de 36,5%.
  • Sur le plan du cadre de vie et du développement urbain

 

    • le logement rural est de petite taille et 90,3% de ménages vivent dans des maisons au pavement en terre battue ousur du sol nu ;
  • Sur le plan de la santé publique et nutritionnelle

 

  • Le taux de mortalité pour rougeole est de 4% pour les enfants de moins de cinq ans tandis que la proportion d’enfants de moins d’un an vaccinés contre la variole est de 83,7% ;
  • Le taux d’utilisation de service de santé est de 77% ;

 

  • Le taux de couverture sanitaire est de :
      • 1 médecin pour 17.356 habitants
      • 1 pharmacien pour 131.069 habitants
      • 1 lit pour 514 habitants/patients
      • 1 Hôpital Général de Référence pour 126.700 habitants,
      • 1 centre de santé de référence pour 50.013 habitants.
  • Sur le plan de l’éducation

 

  • Le Taux net d’admission en 1ère année primaire est de 54% tandis que celui de scolarisation au primaire est de 60,5% et celui d’achèvement des études primaires est de 45% ;
  • Le taux net de scolarisation au secondaire est de 19,4% tandis que celui d’achèvement au secondaire se situe à 19%.

 

Bref, dans notre province du Bas-Congo, le taux net de fréquentation du primaire est de 79%. Seulement 65% d’enfants des ménages les plus pauvres fréquentent l’école primaire contre 92% des familles les plus nanties.

  • Sur le plan de la Culture et des Arts

 

    • La société du Bas-Congo se caractérise aujourd’hui par des sérieux  problèmes de disparition progressive de la culture Kongo et de sous-information.

Il s’agit aussi  de l’émergence d’une culture d’anti-valeurs (prostitution, disparition de l’éthique et de la morale Kongo, imitation des us et coutumes rétrogrades, impunité etc).

  • Sur le plan de l’accès aux services sociaux de base

 

  • Le niveau actuel des indicateurs révèle que le progrès vers les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) est trop lent.
    • La réduction de l’incidence de la pauvreté, qui est passée de 69,8% à 68,8% entre 2006 et 2011, reste encore trop faible et des inégalités demeurent importantes entre les différentes couches de la population et les milieux de résidence en ville ouen campagne.

    • Honorable Président,
    1. Distingués Membres du Bureau,

     

    1. Honorables Député,

    Face à ce tableau dramatique,le gouvernement provincial du Bas-Congo vient soumettre à votre sanction un programme axé sur la cohésion provinciale et la réduction de la pauvreté dans notre province.

Revivez l'investiture en quelques images
(Lire l'intégralité du programme du Gouvernement provincial - en Word - en PDF)