www.kongocentral.net
drapeau_RDC
 Sécurité/Bas-Congo
Le Commissaire Divisionnaire Adjoint, Raüs Chalwe,
apôtre des missions et objectifs dévolus à la Police Nationale Congolaise

° Les policiers, tous grades confondus, toujours exhortés à faire mieux dans l’exercice de leurs fonctions
face à la protection des personnes et des biens
vvv

La Province du Bas-Congo  de par sa situation géographique par rapport à d’autres provinces des pays frontaliers tout comme par la paix et le calme qu’il faut pour son développement a toujours préoccupé le Commissaire Divisionnaire Adjoint de la Police Nationale Congolaise, Raüs Chalwe Ngwashi. Il en fait des nuits tout comme des jours son cheval de bataille. Cette détermination étalée sur la logique patriotique et citoyenne dont ne cesse de faire montre le patron de la Police Nationale Congolaise au niveau de la Province du Bas-Congo est un signe positif et palpable pour une nouvelle dynamique d’un corps d’élite sous la vision du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, Président de la République. Fort de sa foi à l’A.B.C de la police dans l’esprit de la mondialisation, le Commissaire Divisionnaire Adjoint, Raüs Chalwe, qui n’est pas un homme à présenter dans le domaine spécifique de la sécurité des personnes et des biens joue bel et bien son rôle en tant qu’apôtre du maintien de la paix, du calme, de la quiétude ainsi que celui de la sécurité de ses compatriotes, des étrangers ayant  choisi cette partie du Sud-Ouest de la République Démocratique du Congo. Dans ces mêmes efforts, il a toujours tenu également à la protection de leurs biens.

Face aux missions et objectifs spécifiques assignés à la Police Nationale Congolaise par les instances supérieures selon les normes en la matière, ce corps d’élite n’a jamais lésiné sur les moyens sous l’œil vigilant de Raüs Chalwe. Comme au premier jour où il venait d’être affecté pour prendre les commandes de la Police Nationale Congolaise au Bas-Congo, il  y a de cela 5 ans, ce meneur d’hommes ne se fatigue guère pour mettre à contribution ses capacités et qualités intrinsèques au profit de la population civile qu’il y a lieu de protéger contre la horde d’inciviques de tous les âges et sexes. Sachant qu’un seul doigt ne peut jamais laver le visage, la réussite de toutes les actions que mène la Police Nationale Congolaise dans la Province  du Bas-Congo est bénéficiaire de l’apport de tous les policiers, tous grades confondus. C’est ainsi que ce derniers sont, sans cesse, invités, dans le cadre d’une bonne collaboration entre la base et le sommet et vice-versa, à respecter les missions leur confiées afin de continuer à bénéficier davantage de la confiance de leur hiérarchie et des instances supérieures du pays. C’est un contrat tacite entre toutes les parties.

Mû par l’esprit de la logique de dialogue franc, Raüs Chalwe a toujours réuni les responsables de toutes les unités de la Pnc/Bas-Congo. Ces rencontres constituent des moments propices pour faire la relecture de leurs actions conformément aux instructions de la hiérarchie et qui, plus est, renforcer des capacités  de la recherche des  stratégies pour être up to date vis-à-vis de  ce qui est demandé à la Police par rapport à ses missions et objectifs spécifiques. Déterminé à donner une réelle valeur identitaire à la Police Nationale Congolaise/Bas-Congo qu’il veut professionnelle, citoyenne, républicaine et apolitique, le n° 1 de ce corps d’élite dont les portes et les portables-cellulaires toujours grand’ ouverts est d’un abord facile pour un échange d’informations allant dans la ligne droite des missions lui dévolues. La révolution de la modernité que prône le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, passe également par une police intègre, digne, responsable, formée et moralisée aux vertus cardinales d’une société moderne ayant grandement besoin de se développer en vue de se mettre au même diapason que les autres communautés du monde éprises de paix. Car, il sait pertinemment bien que la Police Nationale Congolaise ne pourra pas réussir ses missions sans que la population civile pour laquelle elle existe ne lui soit utile. C’est dire que la population civile doit communier avec ce corps pour une complicité heureuse devant mettre tout le monde d’accord. Ainsi, la protection des personnes et des biens coulera comme du miel sur le pain. C’est ce à quoi tient mordicus Raüs Chalwe Ngwashi appuyé bien sûr par ses collaborateurs qu’il a toujours exhortés à regarder dans la même direction.

Il sied de souligner sans crainte d’être contredit que les relations entre les autorités de la Police et les autorités civiles sont au beau fixe. C’est une impression réelle et éclatante pour cheminer collégialement  sur la voie de l’éradication des malfaiteurs et autres inciviques qui s’évertuent à narguer l’Etat. Ces derniers ne doivent pas se mettre en tête que l’Etat n’existe pas ou encore l’Etat a vieilli. Que non. La loi sera toujours appliquée dans toute sa rigueur en vue de mettre hors d’état de nuire toutes ces personnes qui se comportent comme dans la jungle. Elles doivent être traquées jusqu’à leurs derniers retranchements. C’est dans ce cadre que nous saluons l’existence d’une unité de la Police de proximité formée au Centre d’Instruction de Mvula-Matadi grâce à la coopération britannique. Dont l’apport est d’une grande importance dans la professionnalisation des policiers de proximité mis dans des conditions optimales pour mettre en pratique les enseignements pratiques et techniques reçus au cours de leur formation élitiste. D’autres sessions sont également prévues en faveur des policiers qui doivent être de nouveaux hommes en uniforme bien formés pour rendre service et faire preuve du choix qu’ils avaient porté pour leur être utile à la Nation. Des comportements criminogènes, portant atteinte à l’ordre public et menaçant par le scandale causé et qui, pis est, mettant en mal la coexistence pacifique d’une population calme, ne sont pas laissés impunis par la Police Nationale Congolaise qui connaît extrêmement ce qu’il faut pour maîtriser tous ces malfaiteurs. Toutefois, il est reconnu que chaque structure humaine a des faiblesses et des mérites. Cette version est universelle.

Point n’est besoin de rappeler que le plaidoyer de Raüs Chalwe pour la réouverture de Mvula-Matadi comme Centre d’Instruction autonome pour la Pnc/Bas-Congo a porté des fruits. La preuve est que cette instruction a repris de plus belle son existence comme sous la 2ème République pour le compte de la défunte Garde Civile. En un mot comme en mille, sans aucune prétention de faire le bilan de quelques années que Raüs Chalwe Ngwashi, Commissaire Divisionnaire Adjoint, vit avec ses policiers et avec la population civile du Bas-Congo, province chère à Joseph Kasavubu, il saute aux yeux que son esprit d’humanisme, sa sociabilité et son humilité qui n’enlèvent en rien sa rigueur dans le travail bien fait, son grade et ses fonctions ont toujours attiré l’attention et l’admiration des uns et des autres. Luzolo N’zeka

www
L’investiture du gouvernement provincial prévue pour le 23 mars 2013
° Il n’y aura pas de cabinets ministériels jusqu’en juillet 2013

Mis en place le samedi dernier, le gouvernement provincial sera investi  le samedi 23 mars prochain par l’assemblée provinciale. A cette occasion, les Députés Provinciaux vont s’approprier le programme d’action du gouvernement ce, après les lieux des lieux que mettre à jour chacun des ministres. Cette annonce a été faite par le Gouverneur de Province, Jacques Mbadu Nsitu di Mavungu au cours du tout 1er Conseil des Ministres – réunis au gouvernorat.

L’établissement d’état des lieux, précise la même source, va permettre à chaque ministre de faire des assignations des objectifs conformes avec cet état des lieux. Il est, à cet effet, demandé à chaque membre du gouvernement à faire l’état des lieux de son ministère, fixer les objectifs et les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre. Ainsi, il a été annoncé que l’évaluation se fera trimestriellement.

Au cours de cette première rencontre, le Gouverneur de Province avait souhaité la bienvenue à tous les membres du gouvernement avant de les inviter à s’arranger pour leur installation effective. Il a, également, émis le vœu de les voir utiliser la main d’œuvre locale. Le Chef de l’Exécutif Provincial a indiqué, en outre, qu’il n’y aura pas de cabinets ministériels jusqu’en juillet 2013. Chaque ministre doit travailler avec un personnel réduit. C’est-à-dire un Conseiller Technique, un cadre et un secrétaire. D’ailleurs, le Gouverneur de Province a, dans un de tout derniers arrêtés qu’il a pris le samedi dernier, fixé notamment l’organisation et le fonctionnement du gouvernement provincial.

Rappelons, en passant que, Jacques Mbadu Nsitu di Mavungu vient de surprendre tout le monde. Il est entrain de payer des indemnités à tous ceux qui ont œuvré sous le mandat de Mbadu I, de Mbatshi et de Deo Nkusu. Qui l’eut crû? En tout cas, ce que vient de faire Jacques Mbadu dénote de sa bonne volonté. Et, un signal fort symbolisant la bonne gouvernance. Dans ce contexte, n’est-ce pas qu’il est honteux d’être heureux seul ? Les bénéficiaires à tous les niveaux ne manquent pas de mots justes pour apprécier ce geste qui- du reste – est à pérenniser.   Luzolo  N’Zeka

                                                                                                                         
contact