La Province du Bas-Congo, une des onze provinces de la R.D.C, a une superficie de 53.000 km². Province agricole, du port, du pétrole, du barrage, etc...
La Province du Bas-Congo a aligné
pour la session de dissertation 26.541 candidats
allo!
Les finalistes du cycle secondaire de l’enseignement primaire et secondaire – toutes options confondues – disséminés à travers la République Démocratique du Congo – se sont retrouvés dans différents centres d’examen d’Etat pour participer aux épreuves de la dissertation pour l’édition 2013. Pour cette session, la Province du Bas-Congo, chère à Landu Phemba (Michel Colin), a aligné 26. 541 candidats repartis dans 83 centres d’examens dont 9. 449 filles représentant plus ou moins 35 % de participation.

Cependant, la Ville de Matadi a réuni 4. 670 candidats déployés dans 14  centres.  Ces données ont été livrées par le Directeur Provincial de l’Epsp/Bas-Congo 1, M. Lambert Mbadu Muanda. Au nom du gouvernement provincial, le Ministre Provincial en charge de l’Education, le Professeur Elie Ngoma Binda, accompagné du Maire de Matadi et de différents responsables évoluant dans le secteur éducationnel, a effectué la ronde de différents centres d’examen ouverts pour la circonstance
dans les trois communes de la Ville de Matadi. Il a exhorté les compétiteurs à beaucoup plus d’assiduité afin d’obtenir de bons résultats. Car, a-t-il renchéri, l’avenir de demain dépend de cette génération montante appelée à prendre la relève de demain. Aussi leur a-t-il souhaité une bonne chance avant de leur exprimer le souci du gouvernement provincial qui place l’enseignement parmi les priorités de son programme d’action. Tout s’est déroulé sans incident avec une organisation mise en place par les autorités éducationnelles de la Province du Bas-Congo.

Il y a lieu de souligner que toutes les dispositions avaient étaient quant aux frais de participation que le comportement vestimentaire des élèves dans leurs centres respectifs. Mme le Chef de la Sous-Division de l’Epsp/Matadi a attiré l’attention des parents tout comme des élèves sur les dispositions arrêtées dans le sens de l’organisation de cette session. Elle fustige avec la dernière énergie le système de maquis qui a pris corps dans le vécu quotidien des finalistes. Elle demandé aux élèves à ne pas avoir à l’esprit cette fausse logique de suivi.

De l’attention soutenue du gouvernement provincial

Plus haut, nous avions fait remarquer que le gouvernement provincial sous la houlette de Jacques Mbadu Nsitu a des regards attentionnés en faveur du secteur de l’éducation. Sur le plan de l’éducation, il se dégage que le taux net d’admission en 1ère année primaire est de 54 %. Tandis que celui de scolarisation au primaire est de 60, 5 % et celui d’achèvement des études primaires est de 45 %. Le taux net de scolarisation au secondaire est de 19, 4 %. Tandis que celui d’achèvement des études primaires est de 45 %. Bref, dans la Province du Bas-Congo, le taux net de fréquentation du primaire est de 79 %. Seulement, 65 % d’enfants des ménages les plus pauvres fréquentent l’école primaire contre 92 % des familles les plus nanties.

Toutefois, le secteur de l’éducation, à considérer cet ambitieux programme triennal, il est prévu des campagnes de sensibilisation de l’ouverture des espaces d’éveil, de réhabilitation, équipement et construction des salles de classe. Dans le cadre du Fonds spécial de l’Education constitué par le gouvernement central, une quotité d’environ  5 millions de dollars est réservée à la province du Bas-Congo. Plusieurs projets sont prévus dans ce cadre. Comme pour dire que le gouvernement provincial s’est engagé à améliorer – tant soit peu – ce secteur dont l’importance n’est pas à démontrer dans la formation du jeune congolais devant devenir un adulte responsable de demain. Le gouvernement de Jacques Mbadu a compris à la seconde qu’il faut réellement investir dans l’homme pour s’attendre au développement auquel le pays aspire. Le contraire serait un véritable suicide pour l’Etat congolais.
Papy Bavuidinsi
Vers l’implantation des mutualités chrétiennes
de santé au Bas-Congo
Le Gouverneur de la Province du Bas-Congo, Jacques Mbadu Nsitu, a conféré ce mardi dans son cabinet de travail avec une délégation de l’Alliance Nationale des Mutualités Chrétiennes de Belgique, conduite par son représentant, M. Jacques  Thielen en présence de la Ministre Provinciale de la Santé, le Dr Louise Thérèse Monique Mambu Nyangi Mondo.

Cette délégation est venue expliquer au Chef de l’Exécutif Provincial le projet d’installation des Mutualités de santé comme cela est prévu dans l’ensemble de la République Démocratique du Congo. Il a souhaité voir ce projet se concrétisé dans le Bas-Congo où il a reconnu l’accueil favorable dont il a bénéficié de la part du Chef de l’Exécutif Provincial et du Ministre Provincial de la Santé. Cette expérience, a-t-il précisé, a déjà pignon sur rue dans la Ville de Goma, Province du Nord-Kivu.

Ce choix porté sur la Province du Bas-Congo entre dans le cadre de différents contacts que cette structure a avec les provinces de la République Démocratique du Congo. La Province belge de Namur, a-t-il poursuivi, a noué des contacts avec le Bas-Congo pour un choix en faveur de ces structures de santé. Auparavant, le Gouverneur de Province a défini à l’intention de ses interlocuteurs les priorités du gouvernement provincial en faveur de ces structures de santé qui sont les bienvenues. Il y a lieu de souligner que ces structures sanitaires ont beaucoup d’avantages pour ses membres en ce qui concerne la prise en charge. Luzolo N’zeka
   
Jacques Mbadu Nsitu informé de l’opérationnalisation
de l’inspection générale d’audit

L’Inspecteur Général d’Audit à la Police Nationale Congolaise et Commissaire Divisionnaire Adjoint, Constantin Muderegeza Ntako, en séjour de travail dans la Province du Bas-Congo, a rendu une visite de courtoisie au Gouverneur de la Province du Bas-Congo, Jacques Mbadu Nsitu.

Au sortir de cette audience, l’hôte de l’Autorité de la Province du Bas-Congo, tout en dévoilant les différentes missions et objectifs assignés à cette unité de la Police Nationale Congolaise, s’est appesanti sur les raisons profondes ayant milité en faveur de cette structure d’audit interne. Pour réussir les missions et objectifs dévolus à l’Inspection Générale d’Audit ( Iga ) dans le Bas-Congo, le Commissaire Divisionnaire Adjoint, Constantin Muderegeza a sollicité l’implication du gouvernement provincial dans le cadre de la vulgarisation au près de la population qu’il a invitée à ne pas rester muette devant les agents de l’ordre.

La population, a-t-il ajouté, doit les dénoncer tout en s’impliquant aussi dans sa propre sécurisation. Il a salué, au nom de l’Inspection Générale de la Pnc, les efforts que déploie la Police de proximité à travers la Ville de Matadi. A cette audience ont pris part le Ministre Provincial en charge de l’Administration Provinciale, Affaires Coutumières et de l’Ordre Public, M. Léonard Fuka Unzola et la Commissaire Divisionnaire Adjoint, Vumi kia Bahelele, représentant l’Inspecteur Provincial de la Pnc empêché. L’Inspection Générale en de l’Audit est chargée de veiller à l’application stricte des textes législatifs et réglementaires, des directives et instructions relatives au bon fonctionnement de la Police Nationale Congolaise. Elle veille essentiellement à l’évaluation du respect des droits fondamentaux de l’homme et de la protection des libertés individuelles et collectives, dans l’exercice de la fonction de la paie. Elle a une compétence territoriale nationale qui lui donne les prérogatives à traves tout le pays.

Rappelons – en outre – que la mission qu’effectue le n° 1 de l’Inspection Générale de l’Audit au Bas-Congo consiste à évaluer les fonctionnements de l’antenne provinciale de l’Inspection Provinciale du Bas-Congo. La création de ce corps spécialisé est consécutive à la démocratie, a-t-il fait remarquer à la presse. Un pays démocratique doit disposer d’une police républicaine, une police respectant les droits et libertés des citoyens, une police qui n’est pas au service des individus ou des partis politiques. Ce sont les motivations qui ont poussé le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, a créé cette Inspection Générale avec pour missions de lutter conte les abus des policiers dans l’exercice de leurs fonctions et, qui plus est, veiller à l’application stricte des directives relatives aux bons comportements. Il a également interpellé la population civile à signaler également de bonnes actions d’éclat que posent les policiers. Car, a-t-il poursuivi, il n’y a pas que des sanctions négatives, il y aussi des sanctions positives – œuvres des policiers.

Conseiller en communication
Port
Pétrole
Pétrole
Vie des campagnes
Bureau d'Etudes
Presse