INITIATIVE LOCALE
DE
DEVELOPPEMENT RURAL
PAR LA COMMUNICATION
Bimestriel publié en format PDF sur les images et légendes du Congo profond
Click here to get the ENGLISH VERSION
 
 
Qui sommes-nous Notre Action Notre approche Nos Objectifs Contact
Nos Partenaires Devenons ensemble partenaires pour l'émergence du Congo profond NOS PUBLICATIONS
 
 
Kinshasa, vieux de 50 ans de son réseau électrique, 810 millions USD pour le rajeunir et 1.600.000 de ménages à desservir  
Kinshasa, malade du courant électrique – Enjeux, réalités et perspectives  
   
 
     
La SNEL est en pleine réhabilitation du réseau électrique de Kinshasa. La ville est estimée à une population d’environ 11 millions d’habitants, évalués à +/-1.570.000 ménages, au cas où un ménage compterait maximalement 7 personnes.
..Pourquoi délestages et coupures fréquentes ?  
Le réseau électrique de Kinshasa remonte à plus de 50 ans. Par conséquent, les câbles et les cabines électriques sont usés et ne peuvent plus fournir un service de qualité à la population.
..Solutions  
810 millions USD seraient disponibles pour financer la réhabilitation du réseau électrique de Kinshasa et de la centrale hydroélectrique de Zongo I – C’est une déclaration de Michael Tichareva, Directeur National de l’organisme financier international « Standard national financier » (SNF), au sortir d’une audience lundi auprès du ministre des Finances Henry Yav Mulang.
..Actions à prendre…  
Il est question de remplacer les câbles, d’installer les nouvelles cabines et des cabines de décharges pour ainsi renouveler le réseau électrique de la capitale, Kinshasa. Outre l’électricité en provenance d’Inga, il est également question avec ces fonds de réhabiliter la centrale hydroélectrique de Zongo I dans la province du Kongo Central, qui avec une puissance installée de 75 mégawatts, possède 5 groupes dont 2 seulement sont en service. Cette opération de réhabilitation du réseau permettrait à la SNEL de fournir enfin un service de qualité à la clientèle.
..D’où viendraient les 810 millions de sauvetage ?  
Le contact entre la SNEL et le SNF a été facilité par STEWCO, une agence financière sud-africaine spécialisée dans la recherche des capitaux en faveur des entreprises. La SNEL, dans son plan directeur, travaille, comme dit ci haut, à la réhabilitation du réseau électrique de Kinshasa. Les objectifs poursuivis sont de réhabiliter, de moderniser les infrastructures et de raccorder 500.000 nouveaux ménages dans les quartiers périphériques de la capitale.
 
   
..11 millions d’habitants feraient le bonheur de la SNEL, non ?  
La SNEL, disons, le gouvernement a besoin de millions de dollars pour desservir en électricité de manière optimale sa population de la ville Province de Kinshasa estimée à près de 10 millions d’habitants. A côté de communes anciennes souffrant de vétusté de réseau, la capitale connait une extension géographique et démographique qui nécessite des installations des nouveaux réseaux. Aussi, cette implosion démographique de la capitale devra être positivée, car, elle demande à la SNEL d’augmenter ses capacités d’intervention et par conséquent, son chiffre d’affaires, a-t-il soutenu.
..Coopération et investissements étrangers pour exploitation des ressources  
L’on note que le gouvernement congolais et tout le peuple savent que la coopération avec des investisseurs étrangers est d'une importance supérieure et déterminante pour l’exploitation des ressources naturelles du pays et le financement de son développement.
Comme lu dans une presse, l'Afrique, dans ce contexte, ne dépend désormais plus uniquement d'investisseurs de l'Europe, des États-Unis et du Japon. Des investisseurs de pays émergents comme la Chine, l'Inde, le Brésil, l'Afrique du Sud proposent également leurs services.
..RDC pays naturellement riche et Inga au sommet…  
C’est totalement vrai et vérifié que la RDC est un scandale géologique. Cependant, Inga dans la Province du Kongo, vient au-dessus de tout par son barrage dit national. Et depuis les médias, on est tous informé que l'Europe et l’Afrique du Sud s'intéressent au grand projet d'énergie, dit « Grand INGA ». Partant de ce projet, la RDC et même l'Afrique peut s’attendre au développement rapide de ses coûteuses infrastructures énergétiques et hydrauliques pour des villes et des zones rurales.
 
 
   
..RDC et Chine sont des sœurs sinon pays frère…  
C’est ainsi que la RDC a convenu d’une coopération avec la Chine, s’inscrivant dans un accord de réalisation des routes, ponts, lignes à haute tension, hôpitaux et logements sociaux… En contrepartie, la RDC permettrait à la Chine d'exploiter des richesses minières d’une valeur d'environ 5,5 milliards de dollars US. Dit-on, les gouvernements européens voient d’un mauvais œil cette concurrence sur les ressources.
..La RDC et Inga torturent Kinshasa en électricité…  
C’est ainsi que la RDC a convenu d’une coopération avec la Chine, s’inscrivant dans un accord de réalisation des routes, ponts, lignes à haute tension, hôpitaux et logements sociaux… En contrepartie, la RDC permettrait à la Chine d'exploiter des richesses minières d’une valeur d'environ 5,5 milliards de dollars US. Dit-on, les gouvernements européens voient d’un mauvais œil cette concurrence sur les ressources.
..RDC et Chine sont des sœurs sinon pays frère…  

L’énergie, dit-on, constitue un moteur pour le développement économique. L’électricité crée et maintient des industries. Elle facilite le commerce et les services et simplifie les systèmes de communication, le transport et le transfert des données. Bref, elle améliore les conditions de vie des populations. La situation de l’approvisionnement en RDC est encore plus grave que dans la plupart des autres pays en voie de développement. Dans les campagnes, seul 1% de la population a accès à l’électricité; en ville, le taux est de 30%. À l’échelle nationale, 6 % de la population sont desservis en électricité, taux largement en dessous de la déjà faible moyenne d’Afrique sub-saharienne (24,6%) (RDC 2007: 27). De plus, beaucoup d’installations électriques ne fonctionnent plus à cause du manque de pièces de rechange.

..La SNEL n’a pas croisé les bras…  

De toute façon, la SNEL, Société Nationale d’Electricité, seule au trône du courant électrique depuis 1970, est à pied d’œuvre pour la résolution de la pénurie du réseau électrique à Kinshasa. A cause du manque d'électricité, presque tous les Congolais dépendent des ressources forestières, comme le charbon de bois (makala) -  ce qui contribue à une déforestation illimitée ayant en partie des conséquences écologiques et climatiques irréversibles. Dans l’entretemps, la RDC dispose d'énormes ressources en eau qui peuvent être exploitées pour la production d'énergie hydroélectrique…

..La vision du monde sur l’accès au réseau électrique…  

L’ONU considère que chaque homme a besoin de 20 litres d'eau salubre par jour pour satisfaire à ses besoins élémentaires. Cette quantité de base devrait être gratuitement mise à la disposition des personnes qui sont trop pauvres. Malheureusement, devant l’immensité des réserves d’eau du pays, la plupart des habitants de la RDC n’ont pas accès à l’eau potable. Le gouvernement congolais se pense tous les jours vers la résolution de ce problème, et il considère que c’est le cas de 77,9 % des citadins et 9,8 % des ruraux, d’où une moyenne nationale de seulement 27,2 %. Par ailleurs, seuls près de 11,6 % des habitants ont accès aux équipements sanitaires.

..La SNEL n’a pas croisé les bras…  
De toute façon, la SNEL, Société Nationale d’Electricité, seule au trône du courant électrique depuis 1970, est à pied d’œuvre pour la résolution de la pénurie du réseau électrique à Kinshasa. A cause du manque d'électricité, presque tous les Congolais dépendent des ressources forestières, comme le charbon de bois (makala) -  ce qui contribue à une déforestation illimitée ayant en partie des conséquences écologiques et climatiques irréversibles. Dans l’entretemps, la RDC dispose d'énormes ressources en eau qui peuvent être exploitées pour la production d'énergie hydroélectrique…
   
..La RDC reconnaît…  

On reconnaît en RDC que l’on peut investir des milliards au Congo, mais tant qu’il n’y aura pas de l’eau et de l’électricité, ça ne fonctionnera pas. C’est pourquoi, suivant le plan directeur de la SNEL, à l’horizon 2015, le nombre des centres urbains et ruraux électrifiés, actuellement, 121, devrait passer à 775.

..Electricité prépayée à Kinshasa  
L’électricité prépayée s’implante à Kinshasa. Déjà trois quartiers résidentiels de la capitale congolaise expérimentent déjà cette nouvelle technologie. 5.000 compteurs devraient être installés durant cette période de test. Pour la Société Nationale d’Electricité (SNEL), le prépaiement permettra de rationaliser le comportement des abonnés face à l’utilisation de l’énergie électrique et favorisera la transparence dans la gestion des recettes.
   
..Electrification rurale-Est-ce une solution au développement de la RDC ?  

Jusqu’à ce jour, le taux d’électrification rurale n’a guère évolué. Il est resté à 1% en milieu rural vue l’immensité du territoire national bien que des efforts non moins significatifs ont été menés. Nous pensons que l’électrification des zones rurales de la RDC sauverait Kinshasa de beaucoup de traits et développerait le pays dans plusieurs dimensions, et ce, partant de la base ou l’arrière-pays.

Parmi les traits et dimensions sur les avantages de l’électrification rurale, l’on peut énumérer, par exemple :

  • Amélioration des conditions de vie des populations (ménages, centres de santé, écoles, administration territoriale, etc.);
  • Réduction des flux migratoires (exode rural) par l’installation d’un système d’adduction d’eau potable et la création d’activités récréatives ;
  • Développement des industries locales ;
  • Eclairage public, etc.
 
..Taux d’accès à l’énergie électrique de quelques 6 pays choisis au hasard  

Chine et Canada : 100%, Colombie : 97%, Cameroun : 54%, RDC : 16% et Burundi : 7%, pour ne citer que ceux-ci.

..Déclaration de la SNEL sur la catastrophique situation du courant électrique à Kinshasa  

Le déficit de l’énergie électrique constatée à Kinshasa et dans  plusieurs villes de la RDC tire également sa cause dans le vieillissement et quantité réduite du matériel, croissance démographique et boom immobilier, a déclaré Eric Mbala Musanda, AGD de la SNEL, le 22 octobre 2015 à l’Assemblée nationale.

..« Kin’normalités »…  

Tout à fait anormal, devenu normal ! A Kinshasa, le courant électrique est plus qu’un luxe. L’on va jusqu’à intercéder auprès de Dieu à cette fin. Les kinois se plaignent de délestages sévères et coupures fréquentes d’électricité. La résidence n’est plus le séjour de paix… C’est ainsi que les tenants de PME se plaignant également de la fourniture en électricité recourent désormais aux groupes électrogènes, tapageux, dénonçant des manques à gagner. Du moins, c’est peu dire quand l’on écrit que la SNEL, dans son plan directeur travaille à la réhabilitation du réseau électrique de Kinshasa. Nous pensons, à notre niveau, que la Société Nationale d’Electricité combat pour l’installation d’un courant électrique efficace et convenable pour Kinshasa. A titre de rappel, ce document a exposé sur « Kinshasa, vieux de 50 ans de son réseau électrique, 810 millions USD pour le rajeunir et 1.600.000 de ménages à desservir - Enjeux, réalités et perspectives ».

Par Didier VEKA, Communicateur de Développement – didierveka@yahoo.fr – Chargé de Programme Congo70 – www.kongocentral.net/Congo70.html

 
 
Exploitation du bois vers le Bandundu Etat des quelques ponts à Kilua Ici à au Centre de Gombe-Matadi De l'énergie propre à Gemena
 

CONGO 70 - Qui sommes-nous?
 

Nous sommes, en effet, un programme de développement par la « communication ». Nous militons pour le développement du Congo profond, dit Congo rural, dont les défis sont, comme vous le savez, multiples, à savoir : changement climatique, insécurité énergétique, chômage, exode rural, pénuries d’eau, hygiène et assainissement, infrastructures, modernité, sous-information, absence d’investissements, etc. Click for English version


Notre Action
 

Notre action n’est autre que présenter, à travers des images succinctement commentées, nos entités rurales. De ce fait, notre souhait est que ces images parlent d’elles-mêmes, et qu’en fin de compte, notre communication (Congo70) influence, au profit du développement rural, tant soit peu, les acteurs de gouvernements (provinciaux ou national) ou encore ceux des institutions ou autres structures d’appui, soient-ils. Bref, voici le Congo profond à partir d’une image qui parle plus et d’une légende qui parle moins ! Click for English version


Notre Approche
 

* Arriver dans une entité rurale de la RDC après contacts et accord
*Rencontrer les responsables pour entretien de visu
* Prendre des images et s’entretenir pour légendes
* Témoigner d’un peu de libéralités par dons de sel, savons, et sucre
* Exploiter les données pour élaboration du magazine « Congo70 »
* Expédier le magazine à une plus large audience
* Garder contact avec les populations rurales visitées
- Click for English version


Notre vision
 

Participer au développement des populations rurales et de leurs entités, c’est notre combat, notre vocation, notre objet, notre objectif, par les activités de communication. Communiquer, c’est notre passion, notre formation. Notre ambition Etre à mesure d’imprimer quelques 200 tirages du magazine pour distribution aux ruraux qui, pour la plupart, n’ont pas accès à l’internet, pour rencontrer le reportage, ce fichier en PDF qui sera distribué à une extension très large. - Click for English version             


Notre Equipe
 
1. Didier VEKA, Chargé de Programme
2. Bienvenu Mie NGOY, Mobilisation et contacts
3. Daniel MOKE, Economie et PME
4. Babiche MANSANGA, Maintenance
5. Emmanuel LUZOLO, Reportage
6. Hubert NKAOTULI, Microfinance
7. Gisèle NZOLANI, Gestionnaire Ressources
8. Yves KAMBU, Assistance technique


- Click for English version
 
Didier VEKA-Colette Braeckman- Emmanuel Luzolo Nzeka
Notre contact
retour à la page d'accueil
+243998211357 - congoprofond@gmail.com - et ou didierveka@yahoo.fr - Siège : Q. Joli Parc - 30, Av. Mampenza - Kinshasa-Ngaliema – RDC
Avez-vous entendu parler de Chargé de Communication? Découvrez! Cliquez ici.