Quid du financement des semences améliorées
dans le Bas-Congo par l’USAID ?
1

12

Le 22 mars 2013, un article sur radiookapi.net annonçait que l’USAID, Agence Américaine pour le Développement International avait lancé le 20 mars, un Plan Agricole Quinquennal (FPPM), un projet de 32 millions des dollars américains, aussi pour le Bas-Congo, province parmi les 3 retenues, aux côtés de Bandundu et Kinshasa. Il s’agit, en effet, d’une dotation de semences améliorées des denrées de première nécessité, comme le manioc, le maïs, le haricot et l’arachide.

Qu’en est-il alors de retombées palpables de ce Plan Agricole de l’USAID, notant qu’au lancement du programme, Diana Putman, la Directrice de l’USAID en RDC avait bien rappelé les éléments d’études menées par IFPRI, Institut International pour la Recherche en Politiques Alimentaires, 

qui renseignent que la RDC est le pays où l’effectif de personnes affamées est le plus élevé au monde. C’est ainsi que la Directrice avait souhaité que grâce au projet FPPM, les variétés améliorées remises aux paysans puissent accroitre considérablement les rendements des agriculteurs. Et voilà que notre article s’interroge à cet effet.

Qu’en est-il alors des résultats à ce jour ?

Aussi, devra-t-on ajouter, ce programme prévoyait également la transformation, le transport et la commercialisation des récoltes. Nous n’ignorons pas que déjà 37 hectares des boutures des variétés de manioc amélioré étaient plantés sur les 110 hectares prévus.

De ce fait, l’USAID est-elle satisfaite de l’exploitation du projet ? En d’autres termes, l’Agence Américaine pour le Développement entend-t-elle ainsi sauver la RDC de sa chute en production agricole, estimée à 40%, selon la FAO ? Par Didier Veka

La RDC en pleine Campagne Agricole - La RDC en pleine Campagne Agricole...

Le gouvernement de la RDC, piloté par le premier ministre Matata Ponyo a lancé, depuis le 27 juillet 2013,  la campagne agricole 2012. Il est ainsi prévu +/-23 millions de dollars américains pour financer l’opération. Le FONER, Fonds national d’Entretien Routier financerait, elle également, l’action avec +/-10 millions USD. Le programme s’étend sur 5 ans, pour qu’en revanche, la RDC soit propulsée grâce à son activité agricole au rang de pays émergeants, comme l’Inde, l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine et la Russie. Il s’engage dans une volonté de faire de l’agriculture la priorité des priorités, avec comme devoirs, la croissance et l’amélioration des conditions de vie de la population congolaise. Au programme, la campagne va s’évertuer sur la production végétale, piscicole et animale, et enfin, sur l’entretien des routes de desserte agricole.